Paroisses de Roanne Saint-Paul en Roannais Saint-Pierre des Mariniers
http://eglise-roanne.fr/Migrants-et-refugies
      Migrants et réfugiés

Migrants et réfugiés

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 15 octobre 2015
  • réagir

Vous vous posez des questions sur les réfugiés, les demandeurs d’asile, les migrants …Vous êtes tous invités à la réunion d’information le 19 octobre à 18h au centre Notre-Dame.


Au programme

- Mot d’accueil de Xavier Grillon, Vicaire épiscopal territorial, autour de l’appel du Pape François et de la Conférence des Evêques

- Projection de la vidéo « Calais » : la colère de Véronique Fayet, Présidente nationale du Secours Catholique

- Parcours du migrant : PowerPoint (une feuille sera remise à chaque participant avec un schéma et les principaux sigles expliqués)

- 10 idées reçues sur les migrants : projection + livret Ritimo "répondre aux préjugés sur les migrations"

- Témoignage d’un migrant sur son parcours

- Hébergement / Mise à l’abri : quelles problématiques ? présentation des Toits Notre-Dame par Patrick Choplin, Président de LTND

- Quel engagement : îlot de solidarité, LTND, Mairie, mobilisation citoyenne, bénévolat (accueil, FRAT...)

- Verre de l’amitié
+ Exposition Ritimo : Halte aux préjugés sur les migrations

Message du Cardinal Barbarin

Après le cri du pape François pour « que toute paroisse, toute communauté religieuse, tout monastère, tout sanctuaire d’Europe héberge une famille », le diocèse de Lyon a reçu de nombreuses propositions de logements et de services. Que toutes celles et ceux qui se sont manifestés soient ici vivement remerciés.

Une cellule diocésaine cherche désormais à mettre en relation les offres et les immenses demandes qui nous parviennent.

Des personnes, nombreuses, venues du Moyen-Orient, mais aussi de l’Est de l’Europe, se trouvent chez nous dans des situations de précarité alarmantes et inacceptables.

Parmi ceux qui proposent un toit ou une aide, certains ont précisé quel type de famille ils souhaitaient accompagner. Naturellement, on doit respecter leur volonté ; chacun connaît sa situation, celle de sa famille et de ses proches, cela n’empêche pas un examen de conscience et un possible dépassement de soi.

Pour les chrétiens, un homme, tout homme, en danger exige notre charité, car c’est Jésus lui-même qui nous demande notre aide. Et c’est à Lui que nous l’apportons ou que nous la refusons (Mt 25). A l’école de leur Maître, les chrétiens doivent toujours se trouver aux côtés de ceux qui souffrent.

Lorsqu’à Craponne, nous avons accueilli des familles albanaises, il y avait autant de chrétiens que de musulmans. Aucune différence bien sûr n’a été faite pour l’hébergement, la nourriture, les vêtements, la santé, la scolarisation des enfants… La prière de chacun a été respectée. Des musulmans n’ont pas hésité à participer à une prière chrétienne, à venir à la Messe à la cathédrale. C’est à nous à savoir donner notre témoignage avec simplicité, joie et pureté de cœur. Ne défigurons pas le visage du Christ !

Je n’oublie pas que la première victime de Daesh à Mossoul, en juillet 2014, a été un professeur de faculté, musulman, qui s’était opposé au départ des chrétiens. Il en est mort. Et s’il avait fui ? Et s’il avait frappé aux portes de l’une de nos paroisses... ?

Reste à ceux qui occupent aujourd’hui des responsabilités nationales ou internationales de permettre les conditions humaines en faveur de cet accueil. Nous les appelons à veiller aux grands équilibres qui fondent notre société et au juste usage des frontières. Car les chrétiens seront d’autant plus déterminés à aider ici, s’ils sont sûrs que tout est fait là-bas pour neutraliser Daech, pour permettre aux habitants du Moyen-Orient de vivre sur leurs terres, dans la justice et la paix.

Le premier droit du migrant est... de ne pas migrer. Pour l’heure, que notre "charité se donne de la peine" (I Th.1,3) !

Philippe card. Barbarin


Le problème des réfugiés entre progressivement dans notre conscience d’hommes et de chrétiens pour qui la solidarité compte parmi les valeurs les plus élevées.

Mgr Guy Harpigny, évêque de Tournai, en Belgique, vient d’écrire une lettre propre à nous faire réfléchir sur notre rôle de baptisé, si nous sommes soucieux de mettre l’Évangile au cœur de nos vies.

Voici le texte de cette lettre :
Depuis des mois et des mois, les médias nous informent sur la situation des migrants qui, en traversant la Méditerranée par des moyens de fortune proposés par des passeurs dont la plupart sont des truands, perdent une partie de leur famille et de leurs amis noyés dans la mer.

Cette situation objective, manifestée par des images de morts, dont des enfants, sur les plages de Grèce, de Turquie et d’Italie, dans les gares et les camions de Hongrie et d’Autriche, est relayée par les médias et les décisions des gouvernements de l’Union Européenne. Nous assistons à l’arrivée de nombreux migrants, disent les médias.

Une fois de plus, on a trouvé un mot neutre pour évoquer une tragédie. Des migrants ! Comme si des familles qui sont obligées de quitter leur territoire, le lieu où elles sont nées, étaient des personnes qui cherchent du travail en Europe ! Quelle horreur de travestir ainsi le réel ! Il s’agit, dans la majorité des cas, de familles qui cherchent un refuge pour survivre. Pour ces familles c’est la mort ou la survie ailleurs.

Imaginons un instant que des parents acceptent de voir leurs enfants être éliminés dans les semaines qui suivent par une bande de terroristes. Évoquons un seul instant les récits de nos parents, de nos grands-parents qui, en 1914 ou en 1940, devaient rapidement quitter leurs maisons pour fuir l’avancée des troupes de l’Allemagne. Était-ce réellement pour trouver un emploi en dehors de la Belgique ?

Oui, mais les Syriens, Irakiens, Afghans, etc., sont des terroristes radicalisés de l’islam qui viennent faire des attentats en Europe ! Franchement, avons-nous déjà rencontré des familles de terroristes dont les membres ont entre six mois et quarante ans ?

Oui, mais, en Belgique, il y a beaucoup de personnes pauvres, des jeunes sans emploi, des personnes âgées sans ressources ! Et alors ! Ces personnes sont-elles toutes en danger de mort ? La plupart ne sont-elles pas des allocataires sociaux ?
Oui, mais, il y a déjà tellement d’étrangers en Belgique. Bientôt, il n’y aura plus de vrais Belges ! Et alors ! Est-ce à nous de décider qui « peut » habiter sur le territoire de la Belgique ? Alors que personne parmi nous n’a eu l’occasion de choisir le lieu de sa naissance, de choisir sa famille, ses parents !

Et qui va encore devoir payer l’accueil de ces personnes, de ces familles ? Toujours les mêmes, les citoyens de la Belgique. Et alors ! C’est quoi être humain ? C’est quoi respecter la dignité de tout être humain ? C’est quoi devenir solidaire de personnes, d’enfants, en danger de mort ? Depuis quand le lieu de la naissance est-il une justification de fermer les yeux sur la misère, la mort de personnes innocentes qui n’ont plus d’autres solutions que d’aller vivre ailleurs où on dit que c’est mieux que chez soi ?

Une Europe de 500 millions de personnes est incapable d’accueillir quelques centaines de milliers de personnes réfugiées ! Mais qui sommes-nous pour avoir des idées pareilles ?

Oui, mais l’Europe, c’est d’abord le respect de valeurs chrétiennes ! Depuis quand ? Est-ce vraiment cela que Dieu veut ? Une poche de bons chrétiens qui dressent des murs pour se protéger de personnes qui ont d’autres convictions ! Les relations séculaires avec les Juifs en Europe, on n’a encore rien compris ? L’avènement des droits de l’homme et de la démocratie au XVIIIème siècle, de la laïcité, on n’a encore rien compris ? L’intégration de musulmans au XXème siècle en Europe occidentale, on n’a encore rien compris ? Il est temps que nous nous situions face à la Parole de Dieu ! La dignité de l’homme, de tout être humain, ce n’est pas une affaire de conviction religieuse. On est un humain, point final ! Et on respecte ce fait !
Les chrétiens qui essaient de vivre de l’Évangile n’ont pas à mettre des barrières entre les gens pour protéger un soi-disant confort. Les chrétiens lisent la Bible « en entier ». Ils sont attentifs à ce que Jésus a enseigné. Ils ont pour paradigme le témoignage des apôtres ! Tout le monde est le bienvenu pour vivre de l’Évangile, certes. Mais nous avons d’abord à exercer notre mission, le premier commandement, celui d’aimer Dieu ; le second, qui lui est semblable, d’aimer le prochain, quelles que soient ses convictions, tout simplement parce que chaque être humain est créé à l’image de Dieu !

Merci à tous ceux qui « se donnent » pour accueillir les réfugiés avec amour dans notre pays. Merci à tous qui, dans cette manière de se situer devant le réel, travaillent en bonne intelligence avec les pouvoirs publics.

Dans le Compendium de la Doctrine sociale de l’Église (2005), je lis au n° 505 : Le principe d’humanité, inscrit dans la conscience de chaque personne et de chaque peuple, comporte l’obligation de tenir la population civile à l’écart des effets de la guerre. Une catégorie particulière de victimes de la guerre est celle de réfugiés, contraints par les combats à fuir les lieux où ils vivent habituellement, jusqu’à trouver refuge dans des pays autres que ceux où ils sont nés. L’Église est proche d’eux, non seulement par sa présence pastorale et son secours matériel, mais aussi par son engagement à défendre leur dignité humaine.

Pour exercer le discernement en conscience et prendre des décisions au plan social et politique, nous avons suffisamment d’éléments pour accueillir les réfugiés. N’attendons pas pour, avec les autorités publiques, venir à leur aide.

+ Guy Harpigny,
Évêque de Tournai


En savoir plus

Les Toits Notre-Dame

Cette jeune association chrétienne travaille avec dévouement et efficacité en faveur des réfugiés dans notre agglomération.
La lecture de l’article sur Les Toits Notre-Dame complètera avec bonheur la lecture de cette lettre.

Nous vous recommandons cette chanson de Julien Clerc, bien en rapport avec ce thème, PARTICULIÈREMENT LE DERNIER PARAGRAPHE.

Réfugié


(par Julien Clerc)

1. Réfugié tu as tous les droits
Marcher à quatre pattes
Ou au pas de l’oie
Réfugié tu n’as plus de loi
Plus de terre ou de combat

2. Bien sûr on peut t’oublier
Renoncer même au passé
Et abolir la mémoire
Comme on ferme un livre d’histoire

Refrain
Avoir des droits, avoir un toit
Essayons un jour l’amour
Le jour où chez nous tu seras chez toi
Réfugié (2x) nous sommes
Tous (3x) des réfugiés

3. Hiver, printemps, automne, été
Nous sommes tous des réfugiés
Sur cette terre qui est notre terre
Qu’il faudra bien un jour partager.

Pour l’écouter, cliquer ICI

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Paroisse Saint-Paul en Roannais
- 16 place Berthelot 42300 Roanne
- Tél. +334 77 71 33 81
- Messe : samedi 17h à ND-de-Lourdes, dimanche 9h à St-Louis et St-Martin, 10h30 à Ste-Anne, 10h45 à Villerest
Paroisse Saint-Pierre des Mariniers
- 20 rue Cadore 42300 Roanne
- Tél. : +334 77 71 36 23
- Messe : samedi 18h à St-Roch et Ste-Thérèse, dimanche : 9h15 à ND-des-Victoires, 10h à St-Barthélémy et au Sacré-Coeur, 10h45 à St-Etienne

JPEG - 8.9 ko