CÉLÉBRATION COMMUNAUTAIRE DU SACREMENT DES MALADES

Chaque année, le 11 février, en la fête de Notre Dame de Lourdes, l’Église célèbre la journée mondiale des malades. C’est l’occasion de prier pour les malades et les soignants. Cette année, le Pape François nous invite à réfléchir sur le thème: «Prends soin de lui. La compassion comme exercice synodal de guérison». Il nous rappelle que la maladie fait partie de notre expérience humaine. Elle devient inhumaine si elle est vécue dans l’isolement et dans l’abandon, si elle n’est pas accompagnée de soins et de compassion. Pour la journée mondiale des malades notre paroisse propose une célébration communautaire du sacrement des malades pendant les messes du samedi 11 et du dimanche 12 février 2023. À la suite du Christ, les chrétiens ont toujours porté une attention particulière à celles et ceux qui traversent l’épreuve de la maladie, du handicap ou des atteintes du grand âge. C’est à eux que l’Église propose le sacrement des malades ou de l’onction des malades.

Parler du sacrement des malades nous aide à étendre le regard à l’expérience de la maladie et de la souffrance, dans l’horizon de la miséricorde de Dieu. Par le passé, le sacrement des malades était appelé «extrême onction», parce qu’il était entendu comme réconfort spirituel à l’approche imminente de la mort. Le sacrement des malades est le sacrement de la présence du Seigneur à nos côtés dans les moments d’épreuve que sont la maladie ou la vieillesse. Lorsqu’une personne souffre dans son corps, fortement affaiblie par la maladie ou la vieillesse, l’onction des malades vient lui apporter la force et le réconfort dont elle a besoin. Recevoir le sacrement des malades est un geste de foi et d’espérance. Un chrétien peut recevoir le sacrement des malades chaque fois qu’il est atteint d’une souffrance physique, psychique ou morale: maladie, vieillesse avancée, opération grave….
Chaque fois que nous célébrons ce sacrement, le Seigneur Jésus, dans la personne du prêtre, se fait proche de celui qui souffre et qui est gravement malade.
«Si l’un de vous est malade, qu’il appelle ceux qui exercent dans l’Église la fonction d’anciens : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade: le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés, il recevra le pardon» (Jc 5, 14-15).

P. Constant KINANGA

P. Etienne Guibert